Il existe aujourd’hui de multiples façons de réduire ses impôts tout en constituant son capital à crédit parmi lesquelles l’investissement immobilier.
Les logements neufs consomment moins d’énergie et le bâtiment est un secteur moteur de l’économie nationale ; deux raisons qui ont poussé l’État à mettre en place différents dispositifs permettant aux futurs propriétaires de bénéficier d’avantages fiscaux notables.

1- La loi Pinel

Entré en vigueur en 2014, le dispositif Pinel octroie aux acheteurs d’un bien immobilier neuf une réduction d’impôt jusqu’à 21 %.
Le principe est l’achat d’un bien immobilier neuf dans une zone du territoire éligible au dispositif et de mettre le bien en location pour une durée déterminée. Pour bénéficier de la réduction fiscale, le propriétaire du bien neuf s’engage en contrepartie à louer le logement pour une durée minimum de 6 ans, plus la période de mise en location est longue et plus l’avantage fiscal sera conséquent :
12% de réduction d’impôt une mise en location de 6 ans
18% de réduction d’impôt une mise en location de 9 ans
21% de réduction d’impôt une mise en location de 12 ans

Comment fonctionne votre investissement avec la loi Pinel ?
1) Vous achetez un bien neuf en zone éligible
2) L’État verse de 12% à 21% du prix du bien à l’investisseur (sous forme de réduction d’impôt)
3) Vous louer votre bien pendant 6, 9 ou 12 ans
4) Les loyers que vous percevez, pendant la durée de location, associés à l’abattement fiscal financent tout ou partie de vos mensualités (Prêt).

Attention la Loi Pinel évolue en 2023 !

La loi Pinel est sans aucun doute un atout majeur si vous souhaitez investir dans l’immobilier pour créer votre patrimoine. En achetant un logement neuf qui sera mis en location pour une période de 6 ans minimum (même à vos ascendants ou descendants), le dispositif dans sa forme actuelle vous permet de réduire le montant de vos impôts pendant 6, 9 ou 12 ans (jusqu’à 63 000€ sur une période de 12 ans)

Mais ATTENTION, la loi Pinel ne sera pas applicable sous sa forme actuelle indéfiniment !
En l’état, elle a été étendue jusqu’au 31 décembre 2022 par le gouvernement Macron (Art. 161 de la loi de finances 2020) mais prendra une nouvelle tournure (moins avantageuse) à partir du 1er janvier 2023.
Voici quelques explications pour vous aider à y voir clair > https://edito.selogerneuf.com/conseils-d-experts/investir/difference-entre-pinel-pinel-article-45952.html

2- la loi Censi-Bouvard

Cette loi permet aux acquéreurs de logements meublés en résidence de services neuve de réduire leur impôt et de récupérer les 20 % de TVA sur l’investissement. En contrepartie, ils s’engagent à le louer pour une durée minimum de 9 ans. La déduction d’impôt octroyé peut atteindre 11 % de l’investissement HT dans une limite de 300 000 €, soit environ 33 000 € sur 9 ans.
Les loyers touchés seront imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, et ouvre à la possibilité d’obtenir un abattement automatique de 50 % (régime « micro-Bic ») ou de déduire l’ensemble de vos charges (« régime réel »).
Cumulé au statut LMNP (voir ci-après), le particulier pourra également récupérer la TVA à 20 %, à condition de conserver le bien pour une période d’au moins 20 ans, ou dans le cas d’une vente, que le nouvel acquéreur poursuivre le bail.

À noter toutefois un point négatif : contrairement au statut LMNP classique, le Censi-Bouvard ne permet pas de déduire l’amortissement.

3- le statut LMNP

Le statut LMNP (location en meublé non professionnelle) offre une fiscalité ultra-avantageuse sur ses revenus locatifs. Il permet à un particulier de proposer à la location une maison, un gîte ou une chambre habitable immédiatement et d’obtenir ainsi une nouvelle ressource. Cependant, pour bénéficier de ce statut et de la fiscalité avantageuse qu’il offre, les recettes annuelles liées aux loyers locatifs ne doivent pas dépasser 23 000 € par an ou ne pas représenter plus de la moitié de la totalité de vos revenus.
La mise en location d’un bien meublé étant considéré comme une activité commerciale, les rentes issues des loyers sont classées dans la catégorie des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) et non pas dans les revenus fonciers, comme le sont les locations vides.
Contrairement au dispositif Pinel ou au Censi-Bouvard, le statut en LMNP ne procure aucune réduction fiscale directe, toutefois l’intérêt fiscal ne sera pas forcément moindre, bien au contraire !